abbaye-cistercienne-12eme-siecle

Pendant la guerre de cent ans, au XVe siècle, l'Abbaye fut endommagée puis réparée.

Au XVIe siècle, un de ses abbés commendataires, qui recevait les revenus de l'Abbaye sans y séjourner - Jean de Médécis - fut élu Pape en 1564 sous le nom de Léon X.

Pendant les guerres de religion, alors que la ville de Poitiers est assiégée en 1569, l'Abbaye du Pin est brûlée et, en 1573 l'abbé reclame au roi l'autorisation de vendre des terres pour reconstruire l'Abbaye.

En 1649, l'Abbaye est de nouveau restaurée ; c'est de cette époque que datent les bâtiments actuels. Avec ces remaniements, le coeur et le transept disparaissent. On ne connait pas la date de la disparition du cloître qui, à l'origine, était trés certainement en bois.

En 1792, les biens du Clergé furent confisqués et déclarés "biens nationaux" : bâtiments, biens et terres de l'Abbaye furent vendus.

En 1942, la paroisse d'Asnières - prés de Paris - achète les anciens bâtiments abbatiaux pour y établir un centre de vacances.


Parmi les 10 abbayes cisterciennes de l'ancien diocèse du Poitou, c'est une des mieux conservées, malgré l'absence de toiture de l'Abbatiale, détruite en 1952. Ces dernières années, une restauration a été entreprise pour mettre en valeur ce témoignage de notre patrimoine régional.

Un patrimoine historique et naturel…
au cœur de 2 vallées,
dans un écrin de verdure.

Photo Vue Aérienne de l'Abbaye du Pin

Implantée sur les bords de la Boivre, à 16 km à l'ouest de Poitiers, au creux d'un vallon d'où surgit la source Saint Marc, l'Abbaye du Pin a été fondée en 1120 ; elle sera rattachée à l'ordre de Citeaux en 1163, sur l'initiative de l'évèque de Poitiers. Sa construction en ce lieu se fera selon l'esprit cistercien : sobriété, équilibre des volumes et des proportions, un style sans luxe fait de rigueur et d'abstraction.

L'abbatiale date de cette époque et du début du XIIIe siècle.

Elle connut - gràce à son cinquième Abbé, Pierre Millon, ami et aumonier de Richard Coeur de Lion, Comte de Poitiers et Roi d'Angleterre, une grande prospérité. Richard lui accorde le droit de percevoir sur la ville de Poitiers, une taxe sur la vente de chaque mesure de blé. Ce droit de minage rendit l'Abbaye riche. A cette époque, elle posséde une bonne partie du territoire de Béruges, et ses terres Pierre Millon accompagnera Richard en croisade et l'assistera au moment de sa mort.